La Haute Mer, les Grands Fonds, les Fonds Distants

Expédition scientifique@IRD-Pascale Chabanet

Objectifs

Renforcer la capacité de prise de décision pour la conservation du patrimoine marin éloigné ou hors juridiction nationales (« BADJN ») auprès de la Convention pour la protection, la gestion et la mise en valeur du milieu marin et côtier de l’océan Indien occidental (dite Convention de Nairobi) et entre États

*Biodiversité au-delà de la juridiction nationale 

Constitution des "monts sous-marins" comme objet d'étude pluridisciplinaire spécifique et reconnu comme tel par la communauté scientifique au niveau régional et comme objet d'action publique pour les Etats et les organisations internationales publiques.

Dissémination des connaissances en sciences marines (océanographie, biologie, halieutique, droit de la mer et des environnements marins), notamment des résultats acquis lors de récentes campagnes océanographiques (FFEM-SWIO), via une séquence de formation auprès des décideurs publics.

Décryptage de la réforme du droit international de la mer (BBNJ/BADZN) afin que les Etats soient mieux préparés dans le cadre des réflexions en cours sur la gouvernance des océans pour fixer les modalités d'une future gouvernance bilatérale ou multilatérale des espaces, écosystèmes et ressources de monts distants des côtes dans le périmètre de l’océan Indien Occidental.

Outils et approches

Fiches pédagogiques sur la gouvernance scientifique et le droit océanique évolutif

Atelier de Dialogue et de formation mutuel à haut niveau sur les  sciences marines et la décision publique

Session spéciale et groupe de travail sur les « Monts sous-marins »


Contexte

L’océan Indien abrite de nombreux monts sous-marins (environ 2900), des écosystèmes riches, fragiles, vulnérables, avec des fonctions écologiques menacées par les pressions anthropiques (Marsac, Galletti, Ternon et al, 201911) : la pêche, car les monts sous-marins attirent beaucoup d’espèces de poissons, dont une large proportion d’espèces peu résistantes à l’exploitation, et pour l’ensemble, à très haute valeur commerciale, et l’exploitation minière, car les monts sous-marins présentent des nodules et des sulfures polymétalliques de nickel, cobalt, cuivre, platine et d’autres métaux plus rares. 

Pour assurer la conservation de ces habitats et de leur biodiversité, il est essentiel que des

mesures de protection soient mises en place, par un cadre juridique et institutionnel reconnu, et sur la base des connaissances acquises par diverses campagnes océanographiques réalisées au cours de la dernière décennie (dont certaines par l’IRD et le MNHN). 

L'équipe

2 coordinateurs

Florence Galletti (IRD), juriste, droit de la mer

Jean-Francois Ternon (IRD), océanographe physicien

Appui Scientifique

Sophie Cuenot (IRD), ingénieur de recherche juriste

Francis Marsac (IRD), écologue marin

Julien Barde (IRD), technologie de l’information

Un juriste (non encore identifié basé à Nairobi)

Partenaires